Tout savoir sur les champs électromagnétiques basse fréquence

EN SAVOIR PLUS

Avec les personnes « électrosensibles » ou les porteurs de cardio-stimulateurs, n’y a-t-il pas d’effets indirects sur la santé ?

Imprimer Fiche N°3

Des personnes se déclarent électrosensibles à l’électricité ou aux champs électromagnétiques. La question des effets des champs sur les porteurs de cardio-stimulateurs (ou pace-makers) est aussi fréquemment posée. Contrairement à ce que dit la communauté scientifique internationale, ces deux cas ne sont-ils pas des preuves de la dangerosité des champs électromagnétiques ?

Alors, qu’est-ce que l’électrohypersensibilité ?

Au même titre que d’autres manifestations d’hypersensibilité électromagnétique, comme par exemple les allergies, l’électrohypersensibilité se traduit par l’apparition de symptômes (maux de tête, troubles du sommeil voire atteintes dermatologiques) que les malades attribuent aux champs électromagnétiques, à des niveaux habituellement considérés comme sans effets. C’est en Suède que sont apparus les premiers cas dans les années 1980, au moment du déploiement de l’informatique et à l’apparition des écrans d’ordinateurs sur les postes de travail. Rien ne permet aujourd’hui de considérer que l’électrohypersensibilité est due à cette exposition, mais il s’agit d’une pathologie réelle, quelque qu’en soit la cause, à prendre en charge spécifiquement.
Les études menées amènent aussi les médecins à s’interroger sur l’origine psychologique des symptômes rencontrés. Certains scientifiques avancent l’hypothèse d’un effet "nocebo". L’attente d’un effet négatif, que le sujet attribue à une cause, par exemple à une ligne électrique ou à une antenne relai de téléphonie mobile, provoque l’inquiétude voire le stress et conduit à l’apparition de symptômes réels. Cette attente d’un effet négatif proviendrait pourtant d’abord d’une disposition psychologique propre de la personne.

Et pour les porteurs de cardio-stimulateurs ?

Une attention particulière a été apportée aux porteurs de cardio-stimulateurs (pacemaker). La question qui pourrait se poser n’est pas à proprement parler celle de l’effet éventuel direct des champs sur la santé du porteur, mais celle de la perturbation électromagnétique éventuelle, par les champs, du bon fonctionnement du cardio-stimulateur. Il s’agit de compatibilité électromagnétique de l’appareil avec son environnement quotidien.
En effet, ces appareils intègrent de l’électronique et sont équipés d’une sonde de mesure afin de capter, analyser et, au besoin suppléer, le signal électrique cardiaque. Il est donc important de s’assurer que ce système ne soit pas perturbé par des signaux électriques parasites, tels que ceux que peuvent engendrer les champs électromagnétiques. Les études réalisées en laboratoire et sur volontaires humains montrent que dans les conditions d’expositions correspondant à celles rencontrées dans les lieux publics, le risque de dysfonctionnement est quasiment nul. De même, à ce jour, aucun cas de dysfonctionnement de stimulateur cardiaque au voisinage d’un ouvrage à haute tension n’a été porté à la connaissance de RTE. En revanche, dans un environnement professionnel où les champs électriques peuvent atteindre plus de 10 000 V/m, le port d’un cardio-stimulateur doit être considéré avec attention.